• Héloïse Cordelles

À tous mes loupés, mes ratés, mes vrais soleils...

Dernière mise à jour : 12 août




Mon parcours d'auteure auto-éditée est plutôt saupoudré d'échecs que couronné de succès, sinon, avouez que ce ne serait pas drôle ! 😉 Moi, tant qu'il n'y a pas mort d'homme, je suis d'accord pour dire qu'il vaut mieux en rire qu'en pleurer. Voici donc un florilège d'expériences qui sont tombées à l'eau. Vous savez ce qu'on dit, ce sont ceux qui ne font rien qui ne se trompent jamais, et vous n'auriez pas eu cet(s) article(s). 😂


# L'écriture à quatre mains (trop psychorigide…)

Je ne sais pas si vous l'avez remarqué, mais j'ai arrêté de vous parler de mon projet à quatre mains. Vous en avez sûrement deviné la raison ? 😉 Ma collaboration avec Fabiola Chenet se trouve dans une impasse. Nous avons donc décidé de faire une pause dans notre "couple" et tout le monde sait ce que ça veut dire. lol En général, cela présage d'une séparation à venir. Nous sommes parties chacune de notre côté vers d'autres projets. Je me suis entièrement dévouée à Vicious Protector alors que Fabiola boucle à l'heure actuelle une romance historique. A ce jour, aucune décision n'a été prise au sujet de notre romance à suspense.


Je plaide coupable pour cet échec. Fabiola est une crème, et moi, ben, nettement moins ! Je me suis rendue compte au fur et à mesure des chapitres que je ne voulais pas partager mes héros. Comment ça, je suis possessive ? OK, peut-être un peu. OK, peut-être un peu beaucoup, même ! 🤣 J'ai besoin de m'approprier complètement mes personnages pour leur donner vie. Et là, en nous renvoyant la balle, j'ai eu l'impression qu'on me les volait. L'écriture est un acte très personnel. De fil en aiguille, ce livre m'a de moins en moins passionné. Et par effet de domino, Fabiola s'en est aussi désintéressée. Deux mamans, c'est une de trop ! Mais on n'abandonne pas tout à fait notre bébé ; on le laisse juste dans un coin 😛, le temps de trouver une solution. Soit je mets de l'eau dans mon vin soit l'une de nous le reprend à son compte.


Je culpabilise d'autant que c'est moi qui suis à l'initiative de ce projet… 😥 Alors, quand je lis des témoignages de collaboration à quatre mains qui se déroulent à merveille entre deux auteurs qui lisent dans les pensées l'un de l'autre, je me dis vraiment qu'il faut que je me raisonne. Car il n'y a que des avantages indéniables au fait d'écrire à quatre mains. D'abord, deux cerveaux en action, ce sont deux fois plus d'idées qui en jaillissent. Ensuite, le boulot est divisé par deux. Deux fois moins à écrire, à corriger, à relire et à mettre en page, c'est-y pas le bonheur, ça ? Et enfin, deux fois plus de promotion ! ^^ Au vu de tous ces arguments positifs, tout n'est peut-être pas perdu… 😊


# Ecrire deux histoires à la fois ou écrire la fin avant le milieu (deux fausses bonnes idées…)

Je n'écris jamais deux histoires à la fois (sûrement parce que je n'ai qu'un seul cerveau ! lol). Mais là, je ne sais pas ce qui m'a pris, j'ai fait une exception à la règle. J'étais donc en train d'écrire Second quand la trame de Une Nouvelle Chance avec Toi a commencé à germer dans ma tête. Il faut que je vous dise que, comme beaucoup de mes camarades, lors de la phase d'écriture, mon cerveau se transforme en terreau, prêt à accueillir de nouvelles idées. Généralement, je ne m'en préoccupe pas tout de suite. Je les note sagement dans un carnet pour ne pas les oublier et surtout pour les laisser maturer. Des fois, ces idées finissent par de belles histoires et d'autres fois, elles s'éteignent d'elles-mêmes parce qu'elles n'ont pas de potentiel.


Là, bizarrement Une Nouvelle Chance avec Toi ne voulait pas se taire. Sa trame m'est devenue de plus en plus limpide. J'ai fini par mener de front les deux histoires en passant de l'un à l'autre, un jour sur deux. J'ai tenu quinze jours à ce rythme, avant de privilégier la romance contemporaine qui avançait bien plus vite que ma romance New Adult. Note à moi-même : je n'ai toujours qu'un seul cerveau ! 🤣 Et je n'ai pas regretté d'avoir bouleversé mon programme puisque Une Nouvelle Chance avec Toi a été le livre le plus facile à écrire. Ce joli bébé de 85 000 mots a nécessité "seulement" cinq mois de fabrication entre l'écriture, la révision et les relectures. Pour être honnête, j'étais assez fière de moi sur ce coup-là ! 😁


Quant à écrire la fin avant le milieu, je ne le referai plus ! Si Une Nouvelle Chance avec Toi a été écrit les doigts dans le nez (et de temps en temps sur le clavier aussi lol), le livre qui m'a franchement fait le plus suer, ça a été Pacte avec un Assassin. Déjà, les Dark romances sont un peu mes bêtes noires 😈 en termes de difficulté, mais, alors celui-là, il a décroché le pompon ! Je n'avançais tellement pas dessus que je me suis résolue à écrire la fin (un bon tiers du livre) pour me débloquer. Certes, j'ai pu avancer, mais j'ai dû absolument tout reprendre. Faites vos jeux, rien n'allait plus ! J'ai détricoté tout ce que j'avais tricoté. Depuis, j'évite d'avoir recours à cette "technique".


# Le NaNoWriMo (un challenge qui me résiste…)

Grrrr Je n'ai jamais réussi ce challenge qui consiste à écrire durant le mois de novembre 50 000 mots. Pourtant, ce n'est pas faute de le tenter tous les ans ! Chaque fois, je pars pleine d'espoir et, chaque fois, je me vautre lamentablement. Dès la deuxième semaine, je sens déjà toute ma bonne volonté s'effriter et je procrastine à donf. J'ai toujours mieux à faire qu'écrire, comme l'envie irrésistible de mettre à jour mon site, par exemple. Après, je m'étonne d'échouer… 😒 Ca se saurait si les livres s'écrivaient tout seul ! lol Je suis hyper déçue de moi-même et me dis que je ne referai plus ce fichu challenge de ma vie, mais, telle la mouche qui vient buter sans cesse contre la vitre, je me tiens de nouveau prête le 1er novembre quand sonne le rappel des troupes.


C'est la performance en elle-même qui me stimule. Durant le NaNoWriMo, ce n'est clairement pas la qualité qui prime (cela viendra dans un deuxième temps), mais la quantité. Normalement, on a préparé sa trame en amont, il ne reste plus alors qu'à écrire l'histoire sans revenir en arrière. J'ai toujours été admirative des auteurs qui parviennent à aligner 5 000 mots par jour ou à boucler leur ouvrage en un mois. Si j'essaie d'en faire de même, je suis sûre d'y perdre mes deux bras ! 🤣 Et mes bras, j'en ai encore un tout petit peu besoin. Ce sera ma quête du Graal à moi. Inatteignable, quoi ! Je suis vraiment une petite joueuse avec ma moyenne de 1 000 mots par jour.


# Ventes directes et la boutique sur le site (absence de communauté…)

Ci-dessus, vous découvrez mes chiffres de ventes en février 2022 à l'occasion de la sortie de Vicious Protector. ^^ J'ai glorieusement cumulé 45 ventes papier sur le mois. Ce qui représente un excellent score pour moi. 🥰 C'est une réalité, je vends dix fois moins d'exemplaires physiques que d'ebooks. Et il existe une autre réalité : les lectrices accordent plus de crédit à Amazon qu'à ma personne puisque je ne comptabilisais sur mon site qu'entre cinq et dix achats de livres papier par… an ! 😅 Ce qui est absolument ridicule. Quand une branche est pourrie, il faut la couper. C'est sur ce constat sans appel que j'ai baissé le rideau de ma boutique qui me coûtait plus cher à héberger qu'elle ne me rapportait.


Je vais aussi laisser tomber les ventes directes sur les réseaux sociaux. Quand j'y lançais des appels pour se procurer mes livres dédicacés, je n'avais presque jamais de réponses. Vicious Protector a été le test ultime. Cette sortie a reçu pas mal de bons retours (plus de 400 évaluations sur Amazon tout de même !) et si personne ne souhaitait m'acheter directement ce livre, alors c'était une cause perdue. Résultat, c'est effectivement une cause perdue ! 😂 J'ai seulement vendu "presque" trois exemplaires de Vicious Protector via Facebook. Pourquoi "presque" ? Parce qu'une lectrice s'est désistée et qu'à ce jour, mon livre est toujours orphelin. * snif *


Je sais ce qui cloche chez moi. Le problème vient du fait que je n'ai pas de communauté. J'aurais d'abord dû me constituer une communauté de lectrices fidèles, avant de me lancer dans la vente directe. Et c'est aussi là que le bât blesse. Autre constat sans appel : je ne fédère toujours personne, même après deux ans de présence sur les réseaux sociaux. C'est le serpent qui se mord la queue ! Tant pis, je me contenterai d'Amazon. On a beau critiquer la plateforme ; pour ma part, heureusement qu'elle existe pour me permettre de me faire "connaître". 😉


Voilà, c'était Héloïse, en direct sur Radio Râteau ! A vous, les studios !

Je vous dis @ bientôt pour un autre article sur mes autres loupés, mais cette fois, sans "réelles" conséquences. ♥




20 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout