Rechercher
  • Héloïse Cordelles

Lire beaucoup pour écrire ?


Depuis cinq ans environ, je m'intéresse beaucoup aux blogs et vidéos qui dispensent des conseils d'écriture ; je suis toujours preneuse des "trucs et astuces" autour du livre (le résumé, la couverture, la mise en page, le marketing, et.), qui me permettraient de m'améliorer. Par contre, si avant, je prenais tout pour argent comptant, avec l'expérience, je suis devenue un brin plus clairvoyante. Je me rends tout simplement compte qu'au fil de mes romans, certaines recommandations ne fonctionnent pas pour moi. Et justement, aujourd'hui, j'ai envie de tempérer une idée répandue, celle qui préconise de lire énormément avant de se lancer à son tour dans l'écriture. Je sais que je vais à l'encontre des autres prescripteurs, mais ce billet n'engage que moi, bien sûr !  😉


Lire beaucoup aide à améliorer son français... Pas toujours, hélas ! lol J'aime l'orthographe, j'ai assimilé les règles d'accords, en revanche, même après vingt ans de lecture, je peux vous affirmer haut et fort que je suis toujours une grosse nouille en concordance des temps ! Je pense que si à la base, tout au long de notre scolarité, on n'a pas trop d'affinité avec le français, ce n'est pas en lisant qu'on percera les nébuleuses règles de grammaire ou qu'on deviendra un champion de l'orthographe. Comme le soulignait à juste titre un autre auteur, bien que vous sachiez déjà très bien jouer d'un instrument, ce n'est pas parce que vous écouterez tout le temps du Mozart ou du Bach, que vous deviendrez un virtuose... Mon modeste conseil, faites-vous aider par des personnes compétentes pour corriger vos textes ! Il n'y a aucune honte à avoir des lacunes en français ; ce qui est regrettable, c'est plutôt de publier un truc bourré de fautes.


Lire beaucoup booste l'inspiration... Hum, j'y mettrai toutefois un bémol, car la tentation est forte de ressortir ce que vous avez ingurgité. Je ne sais pas vous, mais la trame d'une jeune femme innocente initiée au bondage par un homme torturé est devenue tout à coup très tendance. ^^ Donc l'inspiration, oui, le plagiat ou le copié/collé, non ! 😉 Le cerveau est un muscle/une machine et, à ce titre, pour ne pas qu'il soit en rade, il a besoin d'être sans cesse sollicité ou alimenté. Donc l'imagination tout comme la créativité se travaillent, s'entretiennent. Pour écrire, le talent seul ne suffit pas (n'en déplaise aux puristes). D'ailleurs, on a coutume de dire que l'écriture, c'est 10% d'inspiration et 90% de transpiration. De ce fait, si vous avez assez lu pour connaître les codes de la romance, faites vivre à vos héros des péripéties que vous aurez soigneusement élaborées sans forcément vous référer à d'autres livres, tout en développant votre style propre.


Lire beaucoup nous confronte aux autres auteurs... Vrai ! ^^ Lorsqu'on joue dans la même cour, la comparaison est forcément inéluctable. 😉 Et se "mesurer" aux autres peut susciter diverses émotions (cf. mon billet : "La jalousie transforme envieux !"). L'écriture n'est pas un exercice aisé et si au départ on manque cruellement de confiance en soi, on peut être intimidé, voire se décourager. Mon petit conseil gratuit, persévérez malgré les doutes (je m'y attèle tous les jours) et dans la mesure du possible, éviter de se comparer. On le répète assez souvent : il y a de la place pour toutes les romances. Qu'elle soit douce, sombre, érotique ou marrante, il y a des lectrices pour chaque style. Donc affutez votre plume, faites chauffer vos méninges et foncez !


Pour conclure, je dirais que, quand on est soi-même auteure, il devient de plus en plus difficile de lire sans arrière-pensée (si j'avais été l'auteure du livre, j'aurais fait comme ceci ou comme cela), mais il faut vraiment envisager la lecture comme un moment de détente et non comme une compétition ou un enseignement.


@ bientôt pour un nouvel article !


21 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout