Rechercher
  • Héloïse Cordelles

Newsletter, or not newsletter ?

Dernière mise à jour : juil. 13



Le marketing n'est pas ma tasse de thé… :-/ Mettre en place une stratégie pour séduire/conquérir plus de lectrices ? Très peu pour moi, d'où mon rayonnement très très limité, et puis, surtout, je ne sais pas faire non plus ! Je largue mon livre sur Amazon ; je fais un peu de pub sur ce blog et mets quelques extraits sur Wattpad, mais c'est bien là toutes mes actions. Souler les lectrices n'entre pas dans ma vocation ! lol Ensuite, j'attends, avec fébrilité, en me rongeant les ongles, que des personnes s'intéressent à mon ouvrage. Je remercie donc chaudement celles qui me lisent, celles qui prennent le temps de m'envoyer un mail ou de mettre un commentaire ici et là. Au fil des ans, je me suis également rendu compte que, dans mon cas personnel, hélas, peu importe mes efforts déployés, si un livre doit marcher, il fonctionnera. Ben, sinon, il ne me restera plus qu'à en écrire un autre pour rattraper le coup !


Forte de cette conviction, pourquoi me suis-je alors (de nouveau) encombrée d'une newsletter ? lol A la création de mon premier blog il y a cinq ans, j'avais procédé à quelques recherches sur le marketing et tous les sites n'avaient de cesse d'encenser les vertus de la newsletter qui me permettrait 1/ de fidéliser les lectrices, 2/ d'augmenter le trafic vers mon blog, 3/ de connaître mon lectorat, etc. Je l'avais donc mise en place, mais devant le peu d'engouement suscité (j'étais une illustre inconnue), je l'avais vite jetée au rebut. Avec ce nouveau site ici présent, je retente l'aventure de la newsletter perdue en remettant en pied de page un formulaire d'abonnement pour la recevoir. Pour l'instant, ça ne se bouscule pas au portillon. Je dirais même que les résultats sont assez décevants… Bah, quand ça m'agacera réellement, je la supprimerai comme je n'ai eu aucun remords à virer ma page auteure Facebook. :-P Je teste, j'échoue, j'apprends.


Les raisons de ma déception ? Primo, j'envoie religieusement ma newsletter le 20 de chaque mois et j'ai des statistiques qui vendent la mèche. Du coup, je connais le taux d'ouverture de chaque campagne d'information, c'est-à-dire le nombre de personnes qui ont ouvert ma newsletter et celles qui n'y ont pas touché. Et, parfois, il ne vaut mieux pas savoir, car, malheureusement, le constat est accablant : seulement la moitié des abonnées en ont pris connaissance. Sur mes quarante abonnées actuellement, il n'y a que vingt personnes qui s'y intéressent en fin de compte… C'est pour cela que dernièrement j'ai décidé de tailler dans les effectifs : nettoyage de printemps oblige ! J'essaye de faire une jolie infolettre en y glissant des informations en exclusivité, mais si les abonnées ne la lisent pas, eh bien, ça ne sert à rien de les conserver dans ma liste de diffusion. Et la planète m'en remercie d'autant ! ;-)


Ma deuxième déception émane d'un ressenti purement personnel. Je remarque que beaucoup de sites d'auteur veulent à tout prix capter votre adresse mail pour vous envoyer une newsletter. Je n'en peux plus de ces pop-up qui vous explosent à la figure et vous incitent à vous abonner ! Moi, ça a plus tendance à me faire fuir qu'autre chose. Et le comble, c'est lorsque l'auteur propose une histoire gratuite en cadeau, mais avec une… contrepartie : entrer votre e-mail pour recevoir le dudit texte et des nouvelles régulières par la suite. A mon sens, un cadeau n'implique rien en retour… Pour mes lectures libres, je n'impose rien et ne le ferai jamais… Je n'aime pas quand un outil se transforme en pression, ça remet en cause son utilisation… Mais je répète que ce n'est qu'un avis très personnel. Newsletter ou pas, telle est la question ? Hum, vous ai-je déjà dit que le marketing n'était pas ma tasse de thé ?!


@ bientôt pour un nouvel article !


33 vues4 commentaires

Posts récents

Voir tout