Rechercher
  • Héloïse Cordelles

On reste sur mes fins...

Dernière mise à jour : 19 août 2018



"Fin bâclée... Fin précipitée... L'auteure n'a pas su comment terminer son livre... etc. etc." À lire ce florilège de critiques peu élogieuses, je pourrais presque me fâcher ! J'ai bien dit presque parce que - malheureusement pour certains 😋 -, il se trouve que je suis une fille assez persévérante dans la vie.


Donc d'après cette avalanche de reproches, je peux aisément en déduire que la plupart de mes lectrices n'aiment pas vraiment mes fins ! lol Peut-être croient-elles que je ne les aime pas moi-même, tant je les "massacre" à la tronçonneuse ? Or, qu'on se le dise, c'est faux. J'adore vraiment les fins en romance. C'est même essentiellement pour ça que je lis de ce genre, pour pouvoir soupirer de bonheur quand arrivent le happy ending. Pour tout vous avouer, si jamais au milieu d'un livre, les héros affrontent trop de problèmes qui me stressent, je saute vite à la conclusion pour me rassurer sur leur sort... bien que je le connaisse déjà. lol Mais pas grave, il faut tout de même que je vérifie de mes propres yeux. Et là, rahhh *soupir de soulagement*, je peux revenir à ma lecture plus sereinement.


Mais je digresse. Revenons à ces peu reluisants avis. Je respecte tout à fait les commentaires des lectrices qui donnent leur propre ressenti en mentionnant un manque à ce niveau-là. C'est pour ça que je ne réponds jamais directement aux critiques. Chacune est libre dans son jugement. Mais en tant qu'auteure, JE suis aussi partiale et JE n'ai pas vraiment l'impression de passer mes fins au laminoir. Et je m'en vais vous expliquer ma manière d'appréhender le final d'une histoire, même si je sais pertinemment que ça ne ramènera pas les plus sceptiques à ma cause (on me dit même qu'elles ne me reliront jamais ! 😛). C'est juste un droit de réponse que je m'autorise. Ainsi, j'espère vous apporter un éclairage nouveau et que vous comprendrez un peu plus mon parti pris, à défaut d'y adhérer.


Il faut savoir que lorsque j'arrive au milieu de l'écriture d'un livre, je visualise déjà la fin de l'histoire. De ce fait, je me mets à écrire les derniers chapitres et/ou l'épilogue et je déroule la bobine à l'envers pour rejoindre là où je me suis arrêtée, c'est-à-dire le... milieu (c'est bien, vous suivez ^^). Donc quelque part, quand on m'accuse de ne pas savoir où aller, eh bien justement si, mais pas de la façon que vous l'espérez. En romance, on suit surtout l'évolution d'un couple. Je me concentre donc sur les héros et leurs péripéties, avant leur rapprochement total. Pour moi, leur histoire s'achève quand ils ont résolu tous les problèmes internes qui les empêchaient de vivre pleinement leur amour. Dès qu'ils nagent dans la félicité, ils n'ont plus d'histoires à raconter et, ensemble, ils pourront affronter tous les obstacles externes. Pour moi, c'est à ce moment que tout est bien qui finit bien. ^^


Là où le bât blesse, c'est peut-être que, primo, je m'arrête trop brutalement et que vous les quittez trop brusquement, mais je les laisse vivre leur vie en quelque sorte. Non, effectivement, tout n'est pas écrit noir sur blanc et cela relève plus de la suggestion. D'où cet arrière-goût d'inachevé. Et deuxio, cette sensation de manque provient peut-être de la "non-résolution" d'une partie de l'intrigue en elle-même ? C'était flagrant dans Bad Company. Certaines lectrices n'ont pas vraiment compris que le tome s'arrêtait là, à la base, avec un conflit qui ne se résoudra pas. Dans la vraie vie, non, le méchant ne meurt pas à tous les coups. Et non, il n'y a pas toujours de réconciliations possibles et là, en l'occurrence, le problème entre le père et le fils est insoluble. Tous deux sont dans une impasse. En résumé, mes romances permettent de rêver et de s'évader, sans oublier toutefois de rester un peu dans la réalité.


Voilà mon auto-analyse, elle vaut ce qu'elle vaut. 😄 Comme d'habitude, je vous ai livré le plus honnêtement du monde ma propre vision. Et tant pis, si ça me pénalise ! J'espère que vous comprenez mieux mon mode de fonctionnement dans certaines de mes romances. Une fin qui peut rester entrouverte sur un évènement ou une situation insoluble, mais qui ne pourra jamais détruire le couple à présent très soudé. ♥


Maintenant, je peux aussi comprendre cette frustration. Et je suis toujours navrée de décevoir les lectrices qui ont eu la gentillesse de me lire, parce que la lecture doit rester un moment agréable. Ouais, je sais je suis lente d'esprit, mais j'apprends tous les jours. Donc, pour finir sur une note positive, il se pourrait qu'à l'avenir, toujours dans la mesure du possible, que mes fins soient un peu plus développées. Qu'elles soient plus ancrées dans le rêve et bien moins dans la triste réalité. ^^


@ la semaine prochaine pour un autre article !  😁

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout