Rechercher
  • Héloïse Cordelles

Pour qui sonnent ces mots ?



Depuis le début de mon aventure dans l'auto-édition, j'écris mes histoires dans mon coin, sans réellement me préoccuper de plaire aux lectrices. D'ailleurs, le résultat ne s'est pas fait attendre, tous mes livres sans exception se sont retrouvés saupoudrés de critiques plus ou moins salées ou acides. 😅 Mais, parfois (et fort heureusement), il arrive que mes textes trouvent un écho chez des lectrices, et là, c'est la danse de la joie, la cerise sur le gâteau, la fin de la quête du Graal, etc. Bref, vous avez compris à quel point je suis contente quand j'ai un bon retour !! 😀


Dans ce cas, si c'est aussi clair dans ma tête, à savoir écrire d'abord pour moi-même, pourquoi est-ce que je me pose la question de savoir pour qui j'écris ? Je fais ce billet suite à un statut sur Facebook qui m'a interpellée et qui m'a fait aussi pas mal réfléchir par la suite. Que voulez-vous ? J'aime me créer des nœuds au cerveau. ^^ 


Dans le post en question, l'auteure demandait carrément à ses lectrices/fans quels étaient les ingrédients et/ou les situations qu'elles aimeraient retrouver dans une romance afin qu'elle soit réussie à leurs yeux. Sur le coup, j'avoue avoir été surprise par cette sollicitation. Moi qui pensais que l'auteur maîtrisait son histoire de A à Z, je suis un peu tombée de haut. Et puis vient le temps de la réflexion... Ouais, avec moi, c'est toujours en deux temps, d'abord la réaction primaire (joie, tristesse, incompréhension, colère, etc.) et seulement après, j'utilise mon petit cerveau pour analyser la situation ! 😆


Pourquoi l'auteure avait-elle soumis une telle question ? Forcément, ça partait d'une très bonne intention, celle de vouloir coller au plus près des désidératas et, ainsi, être assurée de plaire à un maximum de lectrices. On sait très bien qu'un auteur ne fera pas l'unanimité, mais il a ce souhait légitime : être lu et apprécié par le plus grand nombre ! Par ce sondage, l'auteure a cherché à élargir son lectorat.  


A partir de là, j'ai poussé un peu plus loin ma réflexion, qui vaut ce qu'elle vaut ! 😆 Depuis presque un an, j'ai une super correctrice qui s'occupe de remettre en bon français mes textes et qui, accessoirement, souligne des incohérences dans mon histoire. Parfait, parce que je suis tellement plongée dedans que des détails peuvent m'échapper (par exemple : mon héros lève le bras alors que dix lignes plus haut, il était attaché... oups). Par contre, lorsqu'elle se permet de glisser son avis sur le fond de l'histoire en lui-même, je ne l'écoute que "rarement". Désolée. 😋 Rappelez-vous, j'écris d'abord pour moi-même...


J'estime que c'est mon intrigue ; je l'ai pensée/réfléchie en amont. Si j'ai souhaité que l'histoire se déroule ainsi, je n'ai pas l'intention de dévier de ma trajectoire (ou si peu). Du coup, j'en arrive là où je voulais en venir : le rôle des bêta-lectrices. Je vois beaucoup d'auteures qui s'entourent de 3, 4 voire 5 bêta-lectrices et je me demande si, en fin de compte, ça n'équivaut pas à la demande de l'auteure que j'ai citée plus haut, à une plus petite échelle...


Je m'explique. ^^ Grosso modo, le rôle d'une bêta-lectrice consiste à donner son avis tout au long du livre, que ce soit sur l'intrigue, les rebondissements ou les personnages et de pointer la faiblesse d'un scénario ou d'une scène afin de l'améliorer. Pour les auteures qui s'entourent de 3 ou 4 bêtas-lectrices, c'est une véritable mine d'informations ! Chaque personne est différente avec des attentes et des perceptions différentes. Chacune mettra dans ses commentaires ses propres ressentis et goûts en matière de romance (l'une voudra plus de sentiments, l'autre plus d'action ou de descriptions, etc.).


Certes, l'auteure devra trancher parmi toutes ces suggestions, mais, de mon point de vue, à partir du moment où on suit les directives de plusieurs personnes, l'histoire n'appartient plus vraiment à l'auteure... Je trouve juste que ça perd son "charme". Peut-être que c'est moi qui ai tort de m'obstiner à travailler seule... ou peut-être pas. Mes histoires ne sont pas parfaites ; j'aime l'imperfection, n'étant pas parfaite moi-même. Mais n'avons-nous pas coutume de dire que la perfection est ennuyeuse ? Et puis, avouez qu'on aime bien se "défouler" sur les imperfections ! 😋


Un dernier mot pour conclure ce billet. Vous savez ce que la grande majorité des lectrices interrogées par l'auteure ont répondu ? Que peu importait l'histoire, elle devait avant tout écrire avec son cœur... et pour elle-même ! 😉


@ plus tard pour un nouvel article.

16 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout